dimanche 20 avril 2014

Faire du bien pour soutenir des femmes courageuses

L'idée a germée lorsque Manon de M comme Muses a mis sur le marché ses collants muraux du Ruban Rose pour la compagnie ADzif.  Je voulais en offrir un à une amie qui s'était battue contre le cancer du sein et qui avait vaincu la maladie.  Je voulais lui montrer à quel point j'admirais sa détermination et son courage.


Puis, je me suis dit que je pourrais lui faire un beau baluchon avec des tissus du Ruban Rose.  Cela servirait en même temps de joli emballage et de sac pratique qu'elle pourrait utiliser par la suite.


Pour remplir le sac, j'ai trouvé ces petits bas d'exercice que j'ai enveloppés d'un ruban rose (concept!!).


Le kit au complet
Le jour de la remise, j'étais fébrile.  Quelle belle journée ce fût.  Merci la vie de mettre de si belle personne sur ma route.

Mon amie courage... Jeannie ;)


Suite à cela, j'en ai fait un deuxième pour une amie qui voulais l'offrir à son tour à une battante qui mène le combat de sa vie présentement.  J'y ai mis tout mon amour pour le faire afin qu'elle puisse y puiser un peu de bonheur à chaque fois qu'elle l'aura à son bras.

À+



samedi 5 avril 2014

Dans ma tanière...

Oh verdure...comme tu me manques!  En attendant ta venue, j'embellis ma cuisine de pousses de luzerne et lorsque je les mange, j'ai l'impression de m'injecter une méga dose de vitamine.  


Qu'est-ce qu'on ne ferait pas pour retrouver un peu d'énergie!  De mon côté la semaine a été très difficile.  C'était mon retour au travail (par chance je commence à trois jours semaine) et disons que la conciliation travail-famille n'a pas été de tout repos.  Je cherche mes marques au travail, j'ai l'impression de ne plus avoir une seconde à moi et j'ai le coeur gros juste à penser que je laisse mon Vieux Croûton dix heures d'affiler à la garderie.  

Je suis FATIGUÉE!!!  Je veux juste me reposer, prendre du temps à la maison avec mes enfants et mon chum.  Je pense que j'ai besoin de me retrouver dans ma tanière à l'ombre de cette vie qui va beaucoup trop vite et qui me heurte ces temps-ci.  Je me sens sauvage, fragile...je dois me protéger.  


En attendant ce printemps si retardataire, j'ai acheté les premières petites Crocs à mon "beby".  Mon vélo est fin prêt à rouler ses premiers kilomètres dès que je verrai 10 degrés affichés au thermomètre et je pense déjà à cette grande bouffée d'air que je prendrai lorsqu'en solitaire, je sillonnerai les routes de mon village.  Je veux juste profiter du temps qui passe sobrement, simplement.


Mon rêve je le vis chaque jour.  Je le trouve souvent essoufflant et dérangeant.  Mais quand je vois mon fils lever les bras au ciel alors que je viens de lui demander "Y'é où le champion?", je me dis que je n'ai pas besoin de rien d'autre...qu'en fait mon rêve est bien VIVANT!!

À+